LISTES - UFT
TECHNIQUE & CW
UFT - INFORMATIONS
LA CW POUR TOUS
LES ARTICLES
LES COLLECTIONS
 ↑  

PETITE HISTOIRE DES TRANSMISSIONS MILITAIRES
EN FRANCE  DE 1793 A NOS JOURS

Christian CHEFNAY F9WT -  UFT 506

 1er juin 2007 : l’Arme des Transmissions fête ses 65 années d’existence

     
Les transmissions ont une longue histoire dans notre pays.
En 1793, la Convention confie au Ministère de la Guerre la responsabilité des liaisons par télégraphe CHAPPE. En 1798 est créée l’Administration des Télégraphes, relevant du Ministère de l’Intérieur, qui détache auprès des armées les moyens nécessaires en cas de besoin. En 1867, un Service Télégraphique aux Armées est institué, puis en 1875 c’est à nouveau l’Administration des Télégraphes qui a en charge les transmissions militaires et dont une partie des personnels est militarisée en cas de guerre ( unités de « La bleue » dont l’uniforme est bleu foncé et bleu clair).

     
En 1900, une nouvelle répartition des responsabilités confie à l’Arme du Génie les transmissions en avant des PC d’armée et celles de l’arrière à l’Administration des PTT qui a succédé à l’Administration des Télégraphes.
C’est l’année de la création au Mont Valérien, près de Paris,  du 24 ème bataillon de sapeurs télégraphistes - dont l’effectif est de 630 hommes répartis en 6 compagnies - au sein du 5ème régiment de Génie. A cette époque, étaient utilisés le télégraphe électrique filaire, dont la construction et l’exploitation incombaient à l’administration des Postes et Télégraphes , le télégraphe optique, les pigeons voyageurs.

     
En 1910 , est créée au sein du 24ème bataillon de sapeurs télégraphistes une compagnie de radiotélégraphistes

Campagne du Maroc, poste mobile

En 1913, ce bataillon se transforme en 8ème régiment de Génie. C’est la seule unité de sapeurs télégraphistes de l’Armée Française.
En 1918, son effectif est de 55.000 hommes, dont 1000 officiers. En fait, les hommes de toutes les unités télégraphistes de l’armée française, au nombre de 212, portent l’insigne du « 8 ème », mais les trois quarts  proviennent d’autres armes et n’ont jamais été instruits par le 8 ème Génie.
 
En 1939, l’organisations et les moyens des transmissions n’ont subi que peu de changements par rapport à ceux de la première guerre mondiale.
En mai 1940, l’évidence de l’insuffisance de ces moyens dans un conflit moderne impose l’étude d’une sérieuse réforme qui débouche, en 1942, sur la création de l’Arme des Transmissions.
 
1er Juin 42 : En France occupée, c’est au sein de l’armée de l’armistice que naît  l’Arme des Transmissions. Moins de 6 mois après, le débarquement allié en Afrique du nord entraîne en France l’invasion de la zone libre par l’armée allemande et la fin de l’armée française de l’armistice. Néanmoins, à Alger, le général MERLIN prend en main la destinée de l’Arme des Transmissions. Il créé notamment le corps féminin des transmissions, privilégiant ainsi l’engagement des hommes au combat. Ces « merlinettes », comme on les appelait à l’époque, participèrent aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne.
 
C’est en 1944-1945 que les transmissions acquièrent les structures qui lui confèrent réellement le rang d’une arme à part entière.
Le 1er décembre 1944 est créée l’Ecole Militaire et d’Application des Transmissions à Montargis, ville située à une centaine de km au sud de Paris.
Avril 1945 : création de la Direction et de l’Inspection des Transmissions à Paris.
 En 1947, création du 8ème régiment de Transmissions, basé au Mont Valérien, dont le drapeau porte la devise : «  Tu es l’ancien, sois le meilleur  »
 
Une date importante pour cette  arme , le 12 janvier 1951 : Le pape Pie XII décide de faire de l’archange Gabriel le saint patron des Transmissions. Il est célébré chaque année dans les troupes le 29 septembre.
 
1946-1962. cette période voit l’émergence des moyens mobiles et sécurisés, durant les guerres d’Indochine et d’Algérie où sont mis en place des réseaux de faisceaux hertziens qui permettent de réaliser l’ossature territoriale des moyens de transmissions. En Algérie, apparaît pour la première fois un système de transmissions global combinant l’emploi de la télégraphie et de la téléphonie par interpénétration des supports hertzien, radio et filaire.
 
1949 voit en Indochine la création de la Compagnie Autonome d’Ecoute et de Radio Goniométrie, faisant ainsi prendre à la guerre électronique une nouvelle dimension, qui ira en croissant au cours des décennies suivantes.
Cette phase de montée en puissance dans les équipements et les systèmes de mise en oeuvre a permis à l’Arme des Transmissions de s’affirmer et de devenir l’arme du commandement.
 
1962-1977. Cette période voit la naissance  du RITTER ( Réseau d’Infrastructure des Transmissions de l’Armée de Terre ) qui permet de disposer de lignes militaires, indépendantes des circuits PTT,  pour activer la DOT, c’est à dire la Défense Opérationnelle du Territoire. De nouvelles unités de guerre électronique sont créées à cette époque.
 
1983.C’est la naissance du RITA, Réseau Intégré de  Transmissions Automatiques, système souple d’emploi, sûr, entièrement numérisé et automatique, qui permet à la radiotéléphonie de faire son entrée dans les systèmes militaires, en avance sur la radiotéléphonie civile. Ce système répond aux nouvelles exigences de l’extrême mobilité de la manoeuvre, à la puissance des feux et aux délais de réaction très courts. Ce système séduit d’ailleurs l’armée américaine qui, en 1985, adopte cette technologie de commutation.
 
1987-1992. C’est le lancement du programme de numérisation du RITTER et la mise en place d’un RITA fixe destiné au haut-commandement national. C’est aussi la mise en service opérationnel du Réseau de Transport des Informations Numérisées, compatible avec le réseau civil Transpac. C’est également la mise en service du Système de Guerre Electronique de l’Avant (SGEA), qui permet de réaliser un ensemble de localisation par densité des émissions ennemies.
 
1992- Cette année est le début d’une période de mutation profonde , particulièrement axée sur la recherche de la maîtrise de l’information. Les enseignements tirés de la guerre du golfe font s’accroître l’interconnexion entre les composantes tactiques et stratégiques qui permet de disposer d’un système unique et global de transmissions depuis le théatre d’opérations jusqu’à la métropole, grâce à l’apport du système SYRACUSE utilisant le satellite.
 
1996-2004. Cette période est marquée par une forte interarmisation des domaines de compétences transmissions et par l’adoption des technologies les plus modernes.
C’est le regroupement des réseaux des trois armées- terre, air, marine- par le système SOCRATE ( Système Opérationnel Constitué des Réseaux des Armées par les Télécommunications). C’est aussi la période des études pour l’élaboration de drones de guerre électronique .
 
Au fil de ses soixante cinq années d’existence, l’Arme des Transmissions a acquis sa notoriété en sachant intégrer les technologies nouvelles, faisant évoluer les systèmes vers la mise en oeuvre d’un dispositif unique et global pour mieux satisfaire les besoins du commandement.
 
Actuellement, l’Arme des Transmissions, en chiffres, c’est 11700 militaires et 2800 civils, soit 8,5 % de l’armée de terre. C’est 25 métiers de spécialistes, c’est 60 garnisons spécifiques dont 11 régiments de Transmissions.
 
Mais  l’historique des transmissions militaires ne peut être fait sans  parler du général Gustave FERRIE et sans lui rendre un profond hommage.
 
Gustave FERRIE, né en 1868 à Saint-Jean de Maurienne, ingénieur de l’école Polytechnique, commence sa carrière militaire comme sous-lieutenant du Génie à 21 ans, où il rejoint rapidement le service de la Télégraphie Militaire.

Passionné de TSF, il suit les expériences du professeur Edouard BRANLY à Paris sur les  radio- conducteurs  et les
essais des premières liaisons hertziennes réalisées par MARCONI. Il devient le spécialiste incontesté de la TSF auprès du commandement militaire et invente le détecteur électrolytique, très supérieur au cohéreur de Branly. Avec une énergie et une persévérance admirable, le Gal FERRIE arriva en quelques années à organiser la Radiotélégraphie Militaire, qui s’est trouvée, à la veille de la guerre de 1914, en état de jouer le grand rôle qui fut le sien.

La lampe TM - schéma de principe

Le développement des grands postes à étincelles et à arcs, l’utilisation des ondes amorties et entretenues, l’étude et la fabrication en série des lampes à trois électrodes , dites à l’époque lampes TM ( Télégraphie Militaire), fabriquées en France à plus d’un million d’exemplaires durant la guerre de 1914-1918 pour équiper les postes des armées françaises et alliées, le perfectionnement de la radiogoniométrie, les premières réalisations des communications hertziennes radiotéléphoniques, qui, quelques années plus tard allaient permettre le développement de la radiodiffusion : telles sont les grandes étapes de cette véritable épopée dans laquelle le général FERRIE  joua un rôle décisif.

Organisation du centre radioélectrique de Paris

Pour terminer, savez-vous que si la tour Eiffel est toujours là, au Champs de Mars , c’est grâce au Général FERRIE et à la radio ? En effet, construite à l’occasion de l’exposition universelle de 1889, la tour EIFFEL devait être démontée. C’est grâce aux premiers essais de liaisons hertziennes réalisées par DUCRETET, puis par la suite par l’armée qui s’en servie comme support des antennes filaires de la station militaire installée au Champ de Mars, qu’elle put être sauvée. La station de la tour Eiffel , dont l’indicatif fut F L, fut la station principale du réseau radio de la première guerre mondiale. C’est la station de la tour Eiffel qui capta et déchiffra les messages radio allemands qui permirent d’identifier l’agent secret H 21, c’est à dire MATA-HARI !    

Vue intérieure de la station du champ de Mars à la fin de la Grande Guerre.

Bibliographie et photos : Le Général Ferrié et la naissance des Transmissions ( Michel Amoudry)
Historique des Transmissions de l’Armée de Terre ( Général Blondé)
Transmissions Magazine ( Ecole Supérieure d’Application des Transmissions) .




TITULAIRE SITE UFT

Se reconnecter :
Votre INDICATIF :
Votre mot de passe


  2037326 visiteurs
  8 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 263 Titulaires
Connectés :
Titulairesf4fgj
COTISATION & DON
PROPAGATION

QRZ ?

Désolé, réservé aux Titulaires du site

ATTESTATION - CW

cw.jpg

Attestation  à lire

LOG. EN LIGNE

   UFT © 2005 - 2017 Union Française des Télégraphistes